Lecture analytique - La Princesse de Clèves - La scène de bal

Rencontre entre la princesse de cleves et le duc de nemours

La Princesse de Clèves, scène du bal : commentaire

La princesse de Clèves, une héroïne silencieuse? Étude suivie Cette étude a été rédigée par Tina Malet.

site de rencontres pour les plus de 40 ans site d rencontre tinder

La casuistique amoureuse prend maintes formes langagières et peut se modeler sur ces danses de cour distantes et hiératiques du siècle précédent, où Mme de La Fayette situe son roman. Au mutisme réplique néanmoins le langage silencieux des regards, ballets passionnés ou langoureux des deux amants 5qui remplace éloquemment le discours: Le silence se voit également contredit par les gestes embarrassés de Mme de Clèves que le duc de Nemours se plaît à recenser comme marques de trouble: Toutefois, la jeune fille 6 y prend directement la parole pour la première fois afin de rassurer la dauphine sur son avenir amoureux: Rien ne semble atteindre la jeune fille, modeste, discrète, humble et soumise.

Là encore, la prise de parole reste indirecte: Mais le rencontre entre la princesse de cleves et le duc de nemours reste absent, ainsi que ses paroles exactes. Enfin apparaît le premier dialogue véritable entre le prince et sa future épouse. Suit une notation importante: La parade obligée et contrainte du menuet permet bien de non-dits entre les partenaires.

Lecture analytique de la rencontre amoureuse de la Princesse de Clèves et de Monsieur de Nemours

Mais, en un sens, tout est dit. À la cour, les circonstances ne manquent pas pour voir ou entendre Nemours: Le paisible univers de la princesse commence à se fissurer. Elle se sait ignorante des jeux de la séduction et veut découvrir ce monde nouveau pour elle.

rencontre femme latine en france rencontre animaux pour saillie

Ainsi, inconsciemment mais ô combien naturellement, la princesse va entrer dans le monde rencontre entre la princesse de cleves et le duc de nemours amours secrètes et silencieuses, ignorant que Mme de Chartres, en femme expérimentée, sait déjà tout.

Condé et la dauphine disputent de casuistique amoureuse à la place de la princesse, encore inexpérimentée et qui va méditer sur ces paroles: Il y voit un signe, mais nulle certitude. Le but est atteint: Impossibilité affective, littéraire et culturelle.

Barre latérale 1

Jusque-là, elle leur donnait libre cours naturellement, quasiment inconsciente, loin de toute réflexion ou analyse. Mais la dauphine dissipe le malentendu: À la veille de sa mort, Mme de Chartres appelle sa fille à son chevet et lui donne ses derniers conseils. Les métaphores succèdent aux hyperboles.

Pour parachever le tout, elle exerce un chantage quasiment post-mortem: Mme de La Fayette reprend sur le mode narratif: Elle se refuse à recevoir Nemours, ne connaissant désormais que trop les dangers du regard. Première fuite.

Lecture analytique - La Princesse de Clèves - La scène de bal. Elle écrit dans un style tout en retenue et ne sombre pas dans le pathétique ou le pittoresque. Elle a reçu une éducation exemplaire et se montre très vertueuse. Elle est très admirée pour sa beauté et son élégance, ainsi que pour ses qualités morales.

Le prince rentre en retard de Paris et elle le lui reproche. Sans doute lui en veut-elle inconsciemment des efforts auxquels elle consent pour lui.

La Princesse de Clèves est un roman composé de quatre parties. Melle de Chartres.

Après les civilités de convenance envers la dauphine, nous assistons au premier dialogue où le prince avoue son amour à la princesse embarrassée. La princesse et Nemours ne se parlent que par personne interposée: La princesse se livre à un questionnement soudain sur les intrigues amoureuses de la cour et manifeste désormais de la retenue dans les divulgations à sa mère.

Elle commet ses premiers mensonges et nous livre son premier monologue intérieur.

Lecture analytique - La Princesse de Clèves - La scène de bal

Elle apostrophe directement la dauphine et lance des regards éloquents à Nemours lors de ses visites, qui démentent ses silences. Le dialogue tourne vite en un long monologue du prince, à peine interrompu par la rougeur de la princesse, honteuse: Le retour à Paris se fait dans la sérénité: La princesse rougit et se tait comme Nemours.

Silence embarrassé de la timidité amoureuse. Conversation de convenance qui la sauve du silence. Elle en profite pour informer Nemours à mots couverts: La mort de sa mère lui donne un prétexte pour moins se montrer, prétexte aussi à sa tristesse.

Tu passes le bac de français?

Mais tel est son devoir supérieur inscrit dans le Décalogue, du moins le croit-elle. Devant ce péril extrême, elle prend une décision héroïque: À la cour, la vie suit son train.

rencontre fille à bangui rencontre fille vienne

Nemours se débrouille pour se saisir de la miniature en cachette, geste que surprend la princesse. Là encore, elle est prisonnière de ses contradictions, entre raison, trahison publique et aveu privé.

rencontre entre la princesse de cleves et le duc de nemours

Après le tournoi, les familiers se retrouvent chez la reine. Désormais, Nemours sait: Elle tenait cette lettre avec une main tremblante: Mme de La Fayette, plus subtile et avisée, parle à sa place et allègue une vérité moins sublime, la jalousie: La ponctuation se fait expressive: Croit-elle… Elle ne respecte pas en effet les ordres de la dauphine et se couche, lisant et relisant la lettre.

Annonce du plan

Elle ment à la dauphine. Une visite de Nemours où il parle à mots couverts de son amour la pousse à une conclusion radicale: Par son silence, elle se rend complice de Nemours lors de la scène du portrait dérobé. Mais il lui faut vérifier la preuve, lire avidement le billet qui innocente Nemours. La conversation lui semble aisée pour deux raisons: Forcée de mentir, elle trouve un prétexte: Ils vont la refaire ensemble.

La princesse de Clèves, une héroïne silencieuse ?

Un plaisir innocent partagé aux funestes conséquences… Mme de Clèves ne peut pas, ne doit pas rire. Mme de La Fayette nous rappelle ainsi le destin tragique de la princesse. La volonté semble reprendre ses droits, mais la tournure interrogative laisse planer quelques doutes sur cette détermination.